Le Bio, kézako ?

 

 

Depuis quelques années, les produits bio ont envahi les étals de nos magasins préférés… Du café aux pâtes en passant par les fruits et légumes, les produits certifiés “biologiques” se multiplient dans les rayons et sur internet. Mais qu’est ce qui se cache concrètement derrière ces trois lettres B.I.O, quelles sont les garanties qu’offre ce label pour le consommateur et comment s’obtient-il ? On vous dit TOUT.  🍏

 


“Alors, t’en penses quoi de ma tarte aux pommes 100 % bio ? J’ai acheté les pommes ce matin et je n'ai même pas eu besoin de les éplucher parce qu’elles n’ont reçu aucun pesticide !” Nous entendons souvent que le bio est synonyme de “0 pesticide”. Qu’en est-il réellement et quel est le cahier des charges à respecter pour obtenir la certification bio ?

Bio est un terme utilisé pour caractériser les produits issus de l’agriculture biologique, souvent abrégée par les initiales AB. Leur labellisation est encadrée par plusieurs règlements uniformisés à l’échelle européenne. 

Un produit bio est un produit qui “respecte l'environnement et la biodiversité" selon “l’Agence Française pour le Développement et la Promotion de l'Agriculture Biologique” ( 🥵 ) - autrement nommée Agence Bio. L’utilisation d’OGM (organisme génétiquement modifié) et de produits chimiques de synthèse est notamment évitée. On appelle produits chimiques de synthèse toutes substances qui n’existent pas dans la nature et qui a été créée par la main de l’homme. Ils peuvent prendre la forme d’herbicides pour tuer les mauvaises herbes, d'insecticides pour éradiquer les insectes ou encore de fongicides pour venir à bout des champignons. 

Alors comment limiter la prolifération des petites bêtes et plantes indésirables ? Les agriculteurs peuvent avoir recours à des produits ou des techniques naturels comme l’utilisation de compost pour alimenter les sols ou de coccinelles, prédatrices redoutables et redoutées des pucerons (pas si innocentes ces petites coccinelles…). 

La législation européenne des produits bio mentionne également le respect du bien-être animal comme par exemple l’obligation pour une poule pondeuse d’avoir accès à un environnement extérieur (pour avoir des bonnnss œufs frais et faire de délicieux gâteaux, miam). 🥧

Autre point : les produits transformés doivent être composés d’au moins 95 % d'ingrédients issus de l’agriculture biologique.


“Et comment peut-on être sûr que les pommes dans ta tarte soient vraiment bio, hein ?”

L’ensemble des acteurs de la filière bio, qu’ils soient producteurs, transformateurs ou distributeurs, doivent d’abord informer l’Agence Bio de leur activité. Ils sont ensuite contrôlés par des organismes certificateurs comme Ecocert, Certipaq, Qualité-France… 

Chaque acteur est contrôlé au minimum une fois par an. Peuvent s’ajouter à cela des “visites surprises”. L’organisme agréé va alors vérifier que l’opérateur applique correctement la réglementation pour les produits qu’il commercialise. Des prélèvements peuvent aussi être réalisés pour s’assurer qu’aucun produit chimique interdit n’est utilisé. 

Un certificat sera alors délivré par l’organisme à l’opérateur pour les produits jugés conformes à la loi. En cas de non-respect de la réglementation lors d’un contrôle, l’opérateur va proposer une solution et s’engager à la mettre en place pour résoudre le problème. Les sanctions sont alors diverses et proportionnelles à l’écart par rapport au cahier des charges. Elles peuvent aller du déclassement d’un lot jusqu’au retrait de la licence permettant la vente des produits sous le label bio.


“Et quand je fais mes courses, comment reconnaître tes fameuses pommes bio ?”

Si toutes les normes énoncées précédemment sont respectées et après la réalisation des contrôles pour s’en assurer, les entreprises peuvent apposer fièrement le petit logo vert à la feuille, symbole du bio Européen. La figuration de l’Eurofeuille, comme on l’appelle, est obligatoire et peut être éventuellement complétée par le logo plus célèbre AB du label français. 

 Il est aussi obligatoire d’indiquer sur les produits la provenance des matières premières ainsi que le numéro de l’organisme de certification composé du code international du pays de fabrication, du mot BIO et du numéro de série.


Et chez Hors Normes alors, comment ça marche ?

Et bien chez Hors Normes, nous travaillons en circuit court et nous sommes donc sûr que l’ensemble de nos producteurs partenaires respecte les critères de certification et que les produits de vos paniers sont 100 % bio (et bon) ! Nos producteurs sont sujets aux différents contrôles mentionnés précédemment qui prennent concrètement la forme de visites dans les différents champs et les serres, selon les fruits et légumes. 

Le contrôle suivant concerne notre entrepôt situé à Rungis. En effet, nos produits arrivent des fermes de nos producteurs, situées dans toute la France. Les fruits et légumes de la semaine y sont stockés et les paniers y sont assemblés. Ici, c’est également deux contrôles qui sont effectués tous les ans : un audit planifié et un audit surprise. Ecocert, qui est notre organisme certificateur ( ❤️ ), va alors vérifier le stockage des produits et s’assurer notamment que nos légumes bio ne se retrouvent pas mélangés et en contact avec des légumes issus de l’agriculture conventionnelle (c'est-à-dire non biologique). La partie administrative comme la conformité des bons de livraisons par exemple va aussi être vérifiée.

Enfin, un troisième et dernier audit a lieu au « siège » de Hors Normes, à la Station F. Ici, c’est davantage la documentation technique qui est passée au peigne fin.

Un triple contrôle qui vous garantit la qualité de nos produits ! Et on vous promet qu’on n’a corrompu personne avec des bons fruits et légumes bio ! 🥕 

Amandine Siohan

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés