Bananes Hors Normes : c’est un grand oui de votre part !


Vous êtes 91% à vouloir sauver des bananes

Rappelez-vous ! Il y a quelques semaines, nous vous avions demandé quelle banane Hors Normes sauver du gaspillage. Le choix se portait sur deux types :

👉 Une banane bio UE, originaire des Antilles 🇫🇷 à 1,95€ l’unité* (prix équivalant à celui de bananes non françaises en magasin)

👉 Une banane bio non européenne, origine Côte d’Ivoire ou République dominicaine, à 1,68€ l’unité (équivalant à 32% de réduction par rapport à leur équivalent en magasin)

*Une unité équivaut à une main de bananes de 5 doigts

Merci à toutes et tous! Vous avez été 1118 à répondre attentivement à notre questionnaire et... la réponse est sans appel : 91% d’entre-vous souhaitent sauver les bananes, dont les ¾ en faveur des bananes d’Outre-mer 🇫🇷 !

Pourquoi ? Pour soutenir le commerce français pour certains, pour avoir la garantie d’un bio de qualité encadré par les normes françaises pour d’autres, pour le respect des normes sociales françaises, et aussi… “Par simple chauvinisme hahaha” (on cite, mot pour mot) pour 1 ou 2 d’entre-vous. Les raisons sont variées mais l’envie de sauver ces délicieuses bananes est commune !

Pour (re)découvrir l’aventure de co-création, c'est juste ici :)

Ok, mais comment ça marche ?

C’est officiel ! Vous pouvez désormais ajouter une main de bananes françaises sauvées du gaspillage à vos paniers !

Vous ne retrouverez jamais de bananes dans la composition initiale de votre panier, qui lui sera toujours 100% bio, de France métropolitaine et de saison (nous ne voulons pas imposer les bananes aux personnes qui n'en souhaitent pas).

Mais si vous souhaitez en recevoir, vous n'aurez qu'à les ajouter manuellement à votre panier hebdomadaire, comme un produit d’épicerie. Démonstration en images 👇


Je me laisse tenter

Un fruit qui mérite aussi d’être sauvé

Le gaspillage des bananes est un sérieux problème, notamment en amont de la chaîne de production. En effet, avant même d’avoir la chance d’être vendues dans les magasins, beaucoup de bananes sont jetées car elles ne correspondent pas aux standards esthétiques de la distribution. Pourtant, ces singularités n’entravent EN RIEN leur qualité, ni leur goût.

La banane est un fruit climactérique, c’est-à-dire qui continue à mûrir après la récolte. Cette caractéristique permet de récolter et de transporter les bananes au stade “vert”. Après avoir voyagé en bateau, elles arrivent donc en mûrisserie* : un endroit qui porte bien son nom, car il est dédié à faire mûrir les bananes, pour qu’elles deviennent consommables.

Et c’est là que la grande distribution, les primeurs et autres distributeurs traditionnels interviennent, en imposant à leurs fournisseurs le respect d’un niveau de coloration très précis, comme le montre l’échelle ci-dessous :

 

 

Et comme le mûrissage est un procédé naturel, la nature fait ce qu’elle veut ! Il arrive donc parfois que des bananes n’aient pas la couleur exigée (problème d'homogénéité, tâches). À cela, s'ajoute les (hélas) traditionnels standards de forme : une banane déformée ou doublée sera gaspillée.

On en est désormais convaincus : les bananes aussi méritent d’être sauvées !

Je veux sauver des bananes

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés